Regardez ce que vous mangez en prenant des médicaments…L’exemple de la warfarine

Quand un médecin vous prescrit un médicament, la première chose qu’un pharmacien vous explique est quand et comment prendre le médicament par rapport à vos repas quotidiens. La nourriture joue un rôle important dans la façon dont les médicaments sont assimilés et utilisés par notre corps. Alors que certains médicaments doivent être pris avant les repas, certains doivent être pris durant ou après les repas. En dehors de ces moments, des preuves croissantes montrent que le type et la quantité de nourriture ont un effet majeur sur l’efficacité du médicament. Alors que certains aliments améliorent l’action du médicament, d’autres aliments peuvent interagir avec le médicament et en diminuer l’effet. Malheureusement, la liste de ces aliments comprend de nombreux aliments qui sont considérés comme très sains dans des circonstances normales. Par conséquent, il est très important d’être conscient des interactions médicament-nourriture et de modifier vos habitudes alimentaires selon votre prescription.

La warfarine (Coumadin) est un médicament anticoagulant qui aide à réduire la formation de caillots. Ce médicament est souvent prescrit à des patients souffrant de maladies cardiaques telles que les blocages artériels et veineux ainsi que les irrégularités du rythme cardiaque. La warfarine empêche la formation de caillots en bloquant l’action de la vitamine K qui est nécessaire au processus de coagulation. Le niveau de vitamine K dans notre alimentation affecte directement la performance de la warfarine. L’ingestion excessive d’aliments contenant de la vitamine K nuit à l’efficacité de la warfarine, entraînant de graves conséquences sur la santé du patient.

La vitamine K est un nutriment essentiel dont nous avons besoin, en moyenne, de 60 à 80 mcg par jour. Des études ont démontré que de légères variations dans le niveau de vitamine K peuvent avoir de gros effets sur l’efficacité de la warfarine. Par conséquent, il est très important de conserver un niveau de consommation constant de vitamine K lors de la prise de warfarine.

Voici quelques exemples d’aliments riches en vitamine K à surveiller pendant la prise de warfarine:

  • Les légumes verts tels que le chou, le brocoli, le chou et les choux de Bruxelles, etc., sont une excellente source de vitamine K. Bien que ces légumes soient extrêmement sains et essentiels dans votre alimentation, vous devriez en consommer des quantités constantes directement en lien avec votre traitement.
  • Les avocats sont aussi une bonne source de vitamine K, mais dont la quantité de vitamine K varie considérablement. Donc, contrôlez votre consommation d’avocat et de guacamole.
  • Les huiles végétales sont riches en vitamine K. Éliminez les produits transformés commerciaux tels que la mayonnaise, la margarine et les vinaigrettes pour salades qui contiennent un mélange d’huiles végétales différentes et qui ont une teneur en vitamine K hautement variable. Il est préférable d’éviter ces produits et d’opter pour une alternative maison.
  • D’autres sources variables de vitamine K sont connues pour interférer avec la warfarine. Ce sont les fines herbes, les suppléments alimentaires et les suppléments à base de plantes. Faites une liste des suppléments que vous utilisez régulièrement et discutez de leur impact avec votre médecin ou votre pharmacien.
  • Le jus de pamplemousse est reconnu pour interférer avec de nombreux médicaments, y compris la warfarine. Évitez de manger du pamplemousse ou de boire son jus. La même chose est vraie pour le jus de canneberge.

Tout comme l’interaction entre la warfarine et la vitamine K, plusieurs aliments peuvent interagir avec différents médicaments et il est très important de prendre conscience de ces interactions pour votre prescription spécifique.

Il est primordial de toujours lire les étiquettes des médicaments.

Demandez à votre médecin ou votre pharmacien quels sont les aliments à éviter, discutez de vos habitudes alimentaires et modifiez-les avant de commencer votre traitement sur ordonnance.

Avisez votre médecin et votre pharmacien de toute modification à votre régime alimentaire.

Si votre niveau de coagulation sanguine n’est pas bien contrôlé, votre médecin peut envisager d’autres options de traitement qui ont un impact plus faible sur votre régime alimentaire.

Vos gènes ont également un impact sur la réponse à la warfarine. Les variations héréditaires du gène VKORC1 qui code pour le récepteur de la vitamine K et le gène CYP2C9 qui contrôle l’élimination de la warfarine ont un impact important sur la dose efficace de warfarine. Pillcheck peut vous aider, ainsi que vos fournisseurs de soins de santé, à choisir la meilleure option de traitement en fonction de votre métabolisme.