kétamine

La kétamine, une option à considérer pour la dépression résistante au traitement conventionnel?

Chaque année des millions de personnes reçoivent un diagnostic de trouble dépressif majeur. Pour environ 30% de ces personnes, les antidépresseurs standards ne sont pas efficaces. Les personnes qui souffrent de dépression résistante au traitement épuisent généralement toutes les options, essayant antidépresseur après antidépresseur sans constater une amélioration des symptômes. Les patients résistants aux traitements se tournent parfois vers d’autres thérapies, telles que la thérapie cognitivo-comportementale, la thérapie par électrochocs et la stimulation transcrânienne.

La kétamine, un anesthésique utilisé depuis longtemps par les vétérinaires pour calmer les chats, aussi connue comme drogue illicite sous l’appellation “Special K”, a suscité l’intérêt des spécialistes qui la considèrent maintenant comme une thérapie efficace alternative contre la dépression résistante au traitement. Les résultats de l’étude sont convaincants et démontrent que les symptômes de la dépression s’améliorent en moins de 24 heures. Un traitement conventionnel avec antidépresseur prend généralement des semaines pour démontrer son efficacité.

Ces études suggèrent que la kétamine peut être efficace contre la dépression résistante au traitement.

Les scientifiques d’Oxford ont administré des injections de kétamine une ou deux fois par semaine, pendant trois semaines, à 28 personnes atteintes de dépression résistante au traitement. Ces personnes avaient déjà essayé presque toutes les alternatives légales pour traiter la dépression, mais avec peu de succès. Les résultats ont montré que le traitement à la kétamine soulage les symptômes de la dépression dans 30% des cas, avec des effets qui durent au moins quelques semaines. Près de 15% des individus ont ressenti un soulagement de la dépression pendant plus de deux mois.

Un essai clinique mené à New York a révélé que 64% des personnes dépressives traitées à la kétamine se sentaient mieux dans les 24 heures suivant le traitement. Une étude précédente, menée à l’Université de Yale en 2012, a également révélé que les personnes résistantes au traitement avec antidépresseurs ont éprouvé un soulagement rapide des symptômes de la dépression. Des essais canadiens menés au Centre de santé mentale Royal Ottawa ont également révélé des résultats prometteurs, 90% des patients ayant présenté une diminution de leurs pensées suicidaires. Malgré ces données prometteuses, l’état de certains patients ne s’est pas amélioré et d’autres patients se sont sentis encore plus mal avec un comportement suicidaire exacerbé.

Plusieurs essais cliniques sont toujours en cours pour évaluer l’utilisation de la kétamine pour traiter la dépression. Pour savoir si vous êtes admissible à participer à ces essais et pour trouver de l’information sur les endroits où ces essais sont menés veuillez consulter clinicaltrials.gov.

Qu’est-ce que la kétamine fait à votre cerveau et comment peut-elle affecter l’état dépressif?

La kétamine est un hallucinogène qui peut produire un sentiment de désincarnation et un état de rêve. Jusqu’à tout récemment, les mécanismes spécifiques qui expliquent comment la kétamine agit dans le cerveau pour soulager les symptômes de la dépression étaient mal compris par les scientifiques. De nouvelles recherches ont permis de mettre en lumière la façon dont la kétamine agit dans le cerveau.

Les qualités antidépressives uniques de la kétamine, ainsi que son action rapide, sont devenues des sujets de recherche populaires en vogue au cours des dernières années. Des études sur des modèles animaux suggèrent que la kétamine, un bloqueur des récepteurs NMDA (N-méthyl-D-aspartate), supprime les centres du «mal-être» situés dans une zone du cerveau nommée l’habénula latérale (HbL). La stimulation des neurones de l’habénula latérale entraîne l’apparition du sentiment de désespoir et l’incapacité à ressentir le plaisir (anhédonie). Une publication récente démontre que l’impact positif de la kétamine sur le comportement est médié par le blocage de l’activation des neurones de l’HbL.

Les services de soins de santé doivent savoir que la kétamine est métabolisée par l’enzyme CYP3A4, qui est également responsable du métabolisme de nombreux autres médicaments. Par conséquent, l’efficacité de la kétamine ainsi que la dose à administrer peuvent être affectées par la présence d’autres médicaments métabolisés par le CYP3A4, ainsi que par les variations génétiques du gène associé à CYP3A4. Les tests pharmacogénétiques peuvent aider à identifier les personnes susceptibles d’éprouver des effets secondaires significatifs en raison du fonctionnement intrinsèquement réduit de leur enzyme CYP3A4.

Pour en savoir plus sur le rôle de la pharmacogénétique en santé mentale, veuillez visiter cette page: pillcheck.ca/mental-health

Références:

Caroline CaddyGiovanni GiaroliThomas P. WhiteSukhwinder S. Shergill, and Derek K. Tracy. Ketamine as the prototype glutamatergic antidepressant: pharmacodynamic actions, and a systematic review and meta-analysis of efficacy Ther Adv Psychopharmacol. 2014 Apr; 4(2): 75–99.

Yang YCui YSang K, Dong YNi ZMa SHu H1 Ketamine blocks bursting in the lateral habenula to rapidly relieve depression. Nature. 2018 Feb 14;554(7692):317-322.

Ronald S. Duman*George K. Aghajanian Yale University ketamine and depression study: Synaptic Dysfunction in Depression: Potential Therapeutic Targets Science  05 Oct 2012: Vol. 338, Issue 6103, pp. 68-72