Qu’est-ce qu’un trouble affectif saisonnier (TAS) et quelles sont mes options de traitement?

Qu’est-ce qu’un trouble affectif saisonnier (TAS) et quelles sont mes options de traitement?

Trouble affectif saisonnier

Beaucoup de gens se sentent déprimés pendant les mois sombres et tristes d’hiver. Pour certains, le blues de l’hiver peut devenir une dépression grave. Le trouble affectif saisonnier (TAS) est constitué d’épisodes dépressifs majeurs répétés avec des symptômes apparaissant généralement chaque année en automne et en hiver. C’est à l’Institut national de la santé mentale des États-Unis que le Dr Norman E. Rosenthal et ses collègues ont décrit pour la première fois le TAS à en 19841. Les causes du TAS ne sont pas encore tout à fait claires.

Il est important de faire la distinction entre le «blues de l’hiver» et le TAS. Les personnes atteintes du TAS souffrent de dysfonctionnements notables liés à la chute de leur énergie. Les personnes éprouvant le blues de l’hiver sont capables de gérer les exigences de base de la vie, bien que difficilement.

Vous pouvez souffrir d’un TAS si vous avez éprouvé ces symptômes de manière saisonnière au cours des 2 dernières années:
• Besoin accru de sommeil (hypersomnie).
• Difficulté à se réveiller.
• Se sentir fatigué pendant la journée.
• Problèmes de concentration, surtout l’après-midi et le soir.
• Augmentation de l’appétit et des envies de glucides (sucre); ou perte d’appétit.
• Prise de poids non intentionnelle; ou perte de poids.
• Retrait social.
• Irritabilité.
• Se sentir «down» ou déprimé.
• Sentiment d’inutilité, de honte ou de culpabilité.
• Perte d’intérêt pour les activités normales.
• Diminution de la libido.
• Pensées suicidaires.

Les troubles affectifs saisonniers peuvent également toucher les personnes pendant les saisons plus ensoleillées. Plus du tiers des personnes souffrant du TAS souffrent d’hypermanie légère au printemps et en été (excitabilité excessive, enthousiasme, bavardage, diminution du besoin de sommeil).

La prévalence du TAS varie généralement de 0 à 10% selon les différentes populations. La situation géographique, l’origine ethnique, le teint de la peau et le sexe influencent tous la prédisposition à développer un TAS2. Les femmes en âge de procréer représentent 60 à 90% des cas signalés.

Si vous pensez être atteint du TAS, parlez-en à votre médecin car le traitement doit être surveillé par un professionnel de la santé agréé.

Les différentes options de traitement pour le TAS comprennent:

La Luminothérapie

La luminothérapie utilise des lampes spéciales, aussi communément appelées lightbox (boîtes à lumière), qui imitent la lumière extérieure. Les patients reçoivent pour instructions d’utiliser la lampe de luminothérapie tous les jours, généralement le matin, pendant environ 20 à 30 minutes. Les chercheurs pensent que la luminothérapie induit des modifications chimiques dans le cerveau, qui sont susceptibles de stimuler la bonne humeur et d’atténuer les autres symptômes négatifs du TAS.

Toutes les lightbox sont conçues de la même façon et font essentiellement la même chose, mais certaines peuvent fonctionner mieux que d’autres. N’oubliez pas que Santé Canada et la Food and Drug Administration (FDA) ne réglementent pas les lampes de luminothérapie.

Une lampe de luminothérapie devrait:
• Fournir 10 000 lux de lumière.
• Fournir le spectre complet de la lumière vive, à l’exception des rayons UV (la lampe devrait bloquer 99% des rayons UV).

Vous pouvez acheter une lampe sans ordonnance, mais il est préférable de consulter votre médecin avant de vous en acheter une. La luminothérapie peut avoir des effets secondaires tels que: maux de tête, fatigue oculaire, irritabilité et insomnie. Augmenter l’exposition trop rapidement ou recevoir une exposition trop longue peut provoquer des épisodes maniaques chez les personnes également atteintes d’un trouble bipolaire.

Bien que les recherches montrent que la luminothérapie pour le traitement du TAS est efficace3,4, l’état de près de la moitié des personnes traitées ne s’améliore pas. La luminothérapie peut être plus efficace lorsqu’elle est associée à un autre traitement, comme une thérapie cognitivo-comportementale, de l’exercice ou un antidépresseur.

Thérapie cognitivo-comportementale (TCC)

La thérapie cognitivo-comportementale pour le TAS enseigne les habiletés d’adaptation et aide à modifier les schémas de pensée problématiques. Dans l’ensemble, la TCC peut être plus efficace que la luminothérapie seule.

Des chercheurs de l’Université du Vermont ont comparé la TCC et la luminothérapie dans le cadre d’une étude randomisée sur 177 participants adultes atteints du TAS5. La moitié des participants ont reçu six semaines de TCC et l’autre moitié, six semaines de luminothérapie. Bien que la luminothérapie et la TCC aient eu le même effet à court terme, les participants recevant une TCC étaient moins susceptibles d’avoir une rechute du TAS à long terme (27,3% des participants à une TCC ont rechuté pendant le deuxième hiver, contre 45,6% des participants à la luminothérapie).

L’une des raisons pour lesquelles la TCC est plus efficace à long terme peut s’expliquer par un manque de constance des utilisateurs de la lampe de luminothérapie. Moins du tiers des participants à la luminothérapie ont poursuivi le traitement lors du premier ou du deuxième hiver suivant6.

Exercice

L’exercice est depuis longtemps considéré comme une option thérapeutique contre la dépression, y compris le TAS. Aller dehors et aller s’exercer durant la journée pour profiter de la lumière naturelle du jour peut aussi faire la différence. Une étude comparant les effets d’une semaine de luminothérapie par rapport à des séances d’exercices quotidiens a révélé que l’exercice et la luminothérapie avaient un effet similaire sur la réduction des symptômes de la dépression7. En plus de réduire la dépression, les personnes avec un TAS qui ont fait de l’exercice ont également stimulé leur métabolisme.

Vitamine D

La vitamine D est normalement produite dans le corps à la suite d’une exposition aux rayons ultraviolets et sa production diminue en hiver. La dépression est associée à de faibles niveaux de vitamine D, la vitamine D jouant un rôle important dans la production de dopamine et de sérotonine dans le cerveau. Pour cette raison, les suppléments de vitamine D sont parfois utilisés pour traiter la dépression et les données confirment un effet bénéfique8.

Les chercheurs pensent que la quantité de vitamine D est importante. L’amélioration des symptômes du TAS ne se produit qu’avec des doses élevées (au moins 100 microgrammes par jour). Des études utilisant des doses plus faibles de vitamine D ont révélé que les suppléments ne faisaient aucune différence9.

Antidépresseurs

Un traitement antidépresseur peut aider à soulager le TAS lorsque rien d’autre ne fonctionne. Parfois, la luminothérapie, la TCC et les changements de mode de vie ne suffisent pas. Traditionnellement, les inhibiteurs sélectifs de la recapture de la sérotonine (ISRS), une classe d’antidépresseurs, sont prescrits pour les troubles affectifs saisonniers. Les recherches montrent que les ISRS tels que la fluoxétine (Prozac) et la sertraline (Zoloft) peuvent aider les personnes qui souffrent de dépression saisonnière10, 11, mais les données sont parfois limitées et contradictoires. Un autre type d’antidépresseur, le bupropion (Zyban), s’est également révélé prometteur pour le traitement du TAS12.

Le facteur le plus important semble être le début du traitement antidépresseur. Le Dr Rosenthal et ses collègues ont en effet constaté que les patients qui avaient commencé à prendre l’antidépresseur bupropion XL avant l’apparition des symptômes du TAS (à l’automne) présentaient un taux de récidive de dépression plus faible et réduisaient leur risque de récidive de 44% 13.
Comme avec tous les antidépresseurs, il existe des effets secondaires. Il est important d’être informé avant de commencer tout traitement avec antidépresseur. La prise de poids, les nausées, la diarrhée, l’insomnie et la bouche sèche sont des effets secondaires courants.

Si vous envisagez un traitement antidépresseur, Pillcheck peut vous aider. Pillcheck mesure le niveau de métabolisme en lien avec votre médicament et peut recommander d’autres médicaments plus optimaux selon votre profil génétique. Utiliser Pillcheck pour choisir un antidépresseur peut réduire le risque d’effets secondaires indésirables.

Vous devez partager votre rapport Pillcheck et la lettre d’opinion du pharmacien avec votre médecin – c’est le meilleur moyen de tirer le maximum de bénéfices de ces recommandations.
Visitez www.pillcheck.ca pour en savoir plus.

Partager cette publication